Ça bouge encore !

Quand la radio se fait vidéo, les cafés littéraires à huis clos s’ouvrent au public malgré les contraintes sanitaires.
Merci et bravo à L’Estive – scène nationale de Foix en Ariège – d’avoir su inventer ce petit tour de magie pour que la rencontre prévue dans le cadre de ses « Passagers du livre » ait lieu (presque) comme prévu.
C’est à ré-écouter sur le site de l’Estive, ici. Il y est question de mes deux romans parus cette année : « Tuer le fils » La manufacture de livres et « Le jour où mon père a disparu » Éditions Syros.

Merci à Astrid Cathala qui a animé la rencontre, et aux partenaires de l’Estive qui m’ont reçu si chaleureusement : l’association l’Œil du souffleur, la librairie SURRE Majuscule – Dalbe, la Médiathèque de Foix, Radio Transparence et le Restaurant Le Phœbus.

benoit severac, tuer le fils

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s