Routes singulières

En 2018, la mairie de Foix m’a confié l’écriture d’une nouvelle, une œuvre de fiction donc, reflétant ce que la ville de Foix évoquait à mes yeux d’auteur de littérature noire.

J’avais carte blanche, mais j’ai pris la commande comme une invitation à réfléchir sur ce que signifie, aujourd’hui, être Fuxéen. Quelle était l’identité de la ville ? De ses habitants ?

C’était risqué, pour moi comme pour mes commanditaires, sachant qu’un auteur de polar aime soulever la poussière que l’on préfèrerait laisser sous les tapis.
Je me suis promené dans Foix, j’ai laissé traîner mes oreilles, j’ai poussé quelques portes, regardé par le trou de quelques serrures… Et j’ai épinglé Foix, avec tendresse, avec amour… Mais parfois, qui aime bien…

Christel Llop, de son côté, a travaillé dans le même esprit, mais avec ses armes à elle : le dessin et la sculpture pour commencer. Elle a inventé sept œuvres monumentales pérennes. Elle a ensuite calligraphié mes mots sur ses sculptures.

Mon texte est disponible sous la forme d’un livret (vendu à l’office de tourisme) reprenant également les photos des œuvres de Christel Llop, ainsi que sur le site de la mairie de Foix.