Ça bouge encore !

Quand la radio se fait vidéo, les cafés littéraires à huis clos s’ouvrent au public malgré les contraintes sanitaires. Merci et bravo à L’Estive – scène nationale de Foix en Ariège – d’avoir su inventer ce petit tour de magie pour que la rencontre prévue dans le cadre de ses « Passagers du livre » ait lieu…

Lu dans la presse

Merci au magazine Monaco-Hebdo (numéro du 28 mai 2020) pour sa chronique de Tuer le fils.

Vu dans le métro !

Mardi 12 mai 2020, ligne 13 du métro parisien… Le plus beau cadeau qu’on puisse faire à un écrivain, je pense.

Lu dans la presse

Une belle chronique de Tuer le fils dans Le Monde des Livres du 30 avril 2020.  

Vu à la télé !

Avec le confinement, la librairie de François Busnel s’est faite petite, mais pas moins grande. La présentation de Tuer le fils par François Busnel himself ici.

Une nouvelle du confinement

A l’initiative de l’association Polar-sur-Garonne qui organise le salon littéraire de Lisle-Noir à Lisle/Tarn (81), découvrez chaque jour une nouvelle écrite par l’un des auteurs invités au festival, sur le thème imposé du « jour d’après le confinement ». Je suis heureux de vous offrir la mienne ici.

L’un des cinq romans à lire pendant le confinement !

Tuer le fils dans la liste des cinq romans prescrits par François Busnel pendant le confinement : « Pour moi, c’est le meilleur polar depuis un an. Benoît Séverac est entre Fred Vargas et Franck Bouysse, ce sont les noces réussies du roman policier et du roman noir. L’histoire est celle d’un jeune homme qui pour…

Vu dans la presse

« Tuer le fils, un polar psychologique remarquable, addictif et terriblement humain », merci au journal Le Parisien de ce jour (dimanche 12 avril 2020) pour cette très belle critique.